LA JEUNE FILLE CONGOLAISE ET LE MARIAGE PRÉCOCE

Selon Plan International, chaque année, plus de 12 millions de filles sont mariées de force avant l’âge de 18 ans. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées. Les mariages forcés et précoces maintiennent les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance, de génération en génération.

D’après ANUARITE BASEDEKE,en RDC en général et particulièrement dans la Province du Sud-Kivu; une fille de 15 – 19 ans sur quatre est actuellement marié, vivant avec un homme et plus de deux femmes de 40-49 ans cinq se sont mariées avant 18 ans.

Après un sondage d’opinion organisé en Février 2018 auprès d’un échantillon de 5 000 adolescents et jeunes originaires du quatre coins de la RD Congo, le porcentage des filles victimes des mariages précoces est trop élevé dans les milieux ruraux comparativement aux centres urbains où les jeunes ont accès facile à la contraception et à l’information sur le Planning Familiale grâce aux financement des projets comme le Projet 3C financé par le Royaume des Pays-Bas.  Ce resultat prouvent que la question du mariage forcé et précoce demeure une question nationale et la recherche d’une solution durable s’avère urgent et très nécessaire.

Alors, quels sont les causes et conséquences de mariages forcés et précoses ?   Quelles actions entreprendre pour lutter contre le mariages forcés et précoces ?

  1. Les causes de mariage précoces:
    • L’imitation aveugle (vouloir faire comme les autres);
    • Cas de grossesse précoce;
    • Sous l’influence des certains parents;
    • La pauvreté;
    • L’inégalité des sexes;
    • Certaines pratiques traditionnelles;
    • L’absence de certificat de naissance;
    • La non application des lois;
    • Les situations d’urgence(conflits, catastrophes naturelles, crises humanitaires);

 

  1. Ces mariages précoces ont comme conséquences:
    • Violence et abus sexuels;
    • Grossesses précoces;
    • VIH et IST;
    • Déscolarisation;
    • L’instabilité du foyer;
    • Le divorce;
    • L’arrêt de croissance chez l’adolescente;
    • L’infidélité conjugale;
    • La polygamie, la polyandrie;
    • Perpétuation du statut inférieur des femmes et de la pauvreté.

 

  1. Actions pour lutter contre le mariage forcé et précoce

Au régard de ce qui précède, LUCODER et ses partenaires estiment agir sur tous les fronts pour lutter contre le mariage précoce. Cela implique :

  • De mobiliser des resources nécessaires;
  • De mener des actions de sensibilisation auprès des parents et des autorités locales afin de les informer des dangers du mariage précoce et des droits des filles;
  • De mener des actions de sensibilisation auprès des enfants et des jeunes pour les informer de leurs droits et leur apprendre à les défendre;
  • De mener des actions de plaidoyer auprès des gouvernements pour acter des lois contre le mariage précoce ou renforcer les lois existantes;
  • De lutter contre les barrières à l’éducation afin de garder les filles à l’école (accès à l’école, frais de scolarité, sûreté à l’école, installation de points d’eau potable et infrastructures sanitaires correctes, lutte contre le travail infantile, etc );
  • D’aider les familles à augmenter leurs revenus grâce à la création de groupes d’épargne et d’activités génératrices de revenus pour éviter que les parents ne marient leurs filles et aient les moyens de les envoyer à l’école
  • D’aider les filles à obtenir un certificat de naissance qui prouvent leur âge
  • D’intervenir pour arrêter un mariage forcé et précoce, de réinsérer les filles à l’école et de proposer des bourses d’études aux jeunes fille.

 

Laissons les enfants grandir à leur rythme! Réinsérons les filles à l’école et proposons des bourses d’études aux jeunes fille. Ensemble disons “Non au mariage précoce”!

 

Samuel M. KAVONO

Share

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *