La condition de l’enfant (adolescents et jeunes) dans le monde en raison de sa vulnérabilité, de sa dépendance par rapport au milieu, de son manque de maturité physique, intellectuelle et émotionnelle, nécessitant de soins spéciaux et une protection particulière n’a cessé d’interpeller depuis un certain temps la communauté internationale et nationale.

D’après les enquêtes MISC 2010, on a constaté que la population du Sud Kivu est très jeune puisque la moitié a moins de 15 ans. Le chômage y est relativement élevé et le travail des enfants est un problème très préoccupant avec 43% d’enfant de 4 à 14 ans engagés dans un travail montrant ainsi un faible niveau de protection de l’enfant dans la Province du Nord Kivu où on enregistre également que 94 % d’enfants de 4 à 14 ans ont déjà fait l’expérience de la discipline violente (délinquance).

Les expériences ont prouvé sociologiquement que l’adolescence est une période au cours de laquelle le jeune connaît des changements, principalement sur le plan physique, intellectuel et moral. Pendant  cette période, le désir de s’affirmer peut le pousser à adopter des comportements négatifs tels que la désobéissance, l’agressivité, la violence etc. Raison pour laquelle les différentes guerres qu’a connues la RD Congo ont engendré dans le chef des adolescents et jeunes la haine, la xénophobie et tous les stéréotypes discriminatoires. 

La situation susmentionnée a pour conséquence le regroupement des adolescents et jeunes en bandes pour semer des troubles et désolations dans leur communauté respective. D’autres par contre s’affrontent entre eux dans des combats sanglants ou désobéissent à l’ordre établi, pillent cassent et posent plusieurs actes de vandalisme (délinquance). Les statistiques récentes ont montré qu’actuellement les adolescents et jeunes s’adonnent à la consommation abusive de la drogue/alcool avant, pendant et après l’école. Dans certaines écoles primaires, secondaires et supérieures, les jeunes/ados sèment des désordres après avoir pris la boisson fortement alcoolisé pendant les heures de cours.

Vue ce qui précède, le constat est que le phénomène « alcoolisme et toxicomanie dans les écoles » est une réalité. Les adolescents et jeunes sont exposés à plusieurs risques (VIH/SIDA & IST, perte de mémoire et de contrôle de soi, échec scolaire, alcoolisme, toxicomanie, …)

Notons en outre que la Maladie à Virus Ebola fait des ravages dans la province du Nord Kivu et de l’Ituri qui sont des provinces voisines à celle du Sud Kivu.

On a enregistré depuis le début de l’épidémie que plus de 3 243 cas dont 3 127confirmés et 116 probables avec un total de 2 171 décès dont 2 055 confirmés et 116 probables selon le rapport du secrétariat technique du comité national multisectoriel de la riposte à la MVE du 21 octobre 2019. D’où la nécessité de renforcer les mesures et mécanismes de prévention.  

Tel est le leitmotiv qui justifie cette campagne de sensibilisation sur la lutte contre l’alcoolisme/toxicomanie et la prévention de la MVE en milieu scolaire dans la sous Division de l’EPST/Kalehe I.